Observer – Discuter – Agir

0

Présidentielle 2020 : Simone Gbagbo affûte ses armes

15 avril 2019 - 14:04

Ancienne Première dame de Côte d’Ivoire, Simone Ehivet Gbagbo pourrait se laisser tenter par la course au fauteuil présidentiel en octobre 2020. Ses actes depuis sa sortie sa prison plaident en faveur d’une candidature à ce scrutin.

Par Abraham Kouassi

A 69  ans, Simone Ehivet Gbagbo a tout connu. La clandestinité avec le Front populaire ivoirien, le statut de Première dame et de député aux côtés de Laurent Gbagbo pendant la décennie 2000-2010, la prison et la chute du pouvoir au terme de la crise post-électorale de 2010-2011.

Sortie de prison grâce à la loi d’amnistie prise en août 2018 par Alassane Ouattara, la native de Moosou pourrait tenter d’être la première femme présidente de la République de Côte d’Ivoire.

Lire aussi : Avant son départ en Belgique, « Affi a informé qu’il va rencontrer Gbagbo pour lui remettre le parti » selon Agnès Monnet

En effet, depuis sa sortie, Simone Gbagbo multiplie les actes de positionnement politiques. Meetings, réunions avec les cadres de son parti, tournées à l’intérieur du pays… la « dame de fer » comme on la surnomme veut jouer les premiers rôles.

Alors que des sources proches de l’ancien couple présidentiel font état de relations fraiches entre Simone et son époux Laurent, certains évoquant même la possibilité d’un divorce, l’historienne ne chôme pas. Membre fondatrice du parti, elle a effectué ces dernières semaines plusieurs visites à l’intérieur du pays.Par Abraham Kouassi

Kononfla, Sinfra, Bondoukou, Tabagne, Aboisso, Sikensi… L’ancienne Première dame a séjourné dans plusieurs localités du pays où elle a échangé avec militants et populations sur les difficultés liées à chaque région, comme le ferait un candidat à une élection présidentielle.

Lire aussi : Présidentielle 2020 : L’ossature de l’équipe qui va accompagner le candidat du RHDP

A côté de ces visites, Simone Gbagbo a récemment conduit un séminaire de formation à l’attention des délégués locaux de son parti. « Elle a des soutiens solides au sein du parti.  On n’en parle pas souvent mais croyez-le, au sein du FPI, il existe bien des militants qui se reconnaissent plus en elle qu’au chef (Laurent Gbagbo, ndlr), confie un Secrétaire du FPI ».

Présentée comme l’une des têtes pensantes du système Gbagbo, l’enseignante a également révolutionné sa communication. Elle est désormais très active sur Twitter. Comme pour prendre ses distances vis-à-vis de son célèbre époux, la description inscrite sur le compte est « femme politique ivoirienne ». Nulle part il n’est fait mention de son passé de Première dame.

Consciente qu’il y a très peu de chances de voir Laurent Gbagbo candidat à la présidentielle prévue dans un peu plus d’un an, Simone Gbagbo se positionne progressivement en véritable alternative pour les militants du FPI. Si pour l’heure, elle semble éviter la rupture avec l’ancien président ivoirien, l’ex-députée d’Abobo ne devrait pas hésiter à jouer sa carte à fond dans l’optique d’une élection qui pourrait être des plus indécises.

 

Tagline: 
Actualités

Réagissez à cet article