Observer – Discuter – Agir

0

Présidence du Conseil de sécurité : Ce que la Côte d’Ivoire va faire de son mandat

4 décembre 2018 - 16:12

La Côte d'Ivoire est membre non permanent du Conseil de Sécurité des Nations Unies depuis janvier 2018, et elle présidera le Conseil de Sécurité au cours du mois de décembre 2018, succédant ainsi à la Chine. Que gagne l’Etat ivoirien ? Le ministre des affaires étrangère explique tout lors d’une conférence de presse.

Par Blandine Angbako

Le Chef de la diplomatie ivoirienne, Marcel Amon Tanoh, a donné l'information et expliqué les avantages de la présidence pour la Côte d'Ivoire du conseil de sécurité des nations unies lors d'une conférence de presse tenue le vendredi 23 novembre au Ministère des Affaires Etrangères.

Les grands axes du mandat ivoirien

Selon Amon Tanoh,  à la tête du Conseil de Sécurité, la Côte d'Ivoire continuera ses actions en faveur du renforcement de l'intégration régionale et continentale. Son mandat sera axé sur le partage d'expérience notamment en matière d'opération de maintien de la paix ainsi que sur la problématique de la stabilité et du développement économique.

Le chef de la diplomatie a expliqué dans un document remit aux journalistes : « La Côte d'Ivoire qui tient à marquer son mandat au sein du Conseil de Sécurité et en particulier la présidence qu'elle assurera, organisera deux débats de hauts niveau le 5 et le 6 décembre au Conseil de Sécurité à New York ».

Donnant plus de détails sur les débats, il a indiqué que le premier cité est réservé aux différents Chefs d'Etats des pays membres permanents et non permanents du conseil de sécurité, se déroulera le 05 décembre et portera sur le thème : «La reconstruction économique post-conflit pilier de la consolidation et de la pérennisation de la paix, et facteur de stabilité et de sécurité».

Le  deuxième débat, concernera les différents Ministres des Affaires étrangères qui auront à discuter autour du thème: «Une plus grande implication des Etats et des Organisations sous-régionales et régionales pour plus d'efficacité dans la prévention et la résolution des conflits, en étroite coopération avec les Nations Unies».

Poursuivant son explication, l’institution en charge des affaires étrangères a mentionné que  la Côte d'Ivoire entend par ailleurs négocier trois projets de résolution. Une sur le financement des opérations africaines de paix, portée par le groupe des 3 pays africains membres non permanent du Conseil de Sécurité (groupe A3). La seconde portera sur l'Etat de droit dans les opérations de maintien de la paix, portée par la Côte d'Ivoire et les Pays-Bas. Une dernière sur la réforme du Secrétariat Général Action for Peace portée également par la Côte d'Ivoire et les Pays-Bas.

Les avantages liés à cette présidence

« Etre membre du Conseil de Sécurité des Nations Unies est un privilège. Présider le Conseil de Sécurité donne l'opportunité à la Côte d'Ivoire de se mettre en lumière. La présence de la Côte d’Ivoire à ce niveau fait partie d'une stratégie globale pour rassurer les investisseurs intéressés par notre pays », a expliqué le chef de la diplomatie ivoirienne.

« Cette présidence permet de booster la crédibilité de la Côte d'Ivoir  et les débats qui seront organisés donneront l'occasion au pays de poser le cadre de reflexion autour des sujets qui l'intéressent », a-t-il ajouté.

Pour ce mois de présidence du Conseil de sécurité les autorités ivoiriennes comptent valoriser la culture ivoirienne. Il est prévu des prestations de groupes artistiques ivoiriens, au niveau des arts de la scène ainsi que des séances de découverte de l'art culinaire ivoirien.

En outre il est prévu un vernissage sur l'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI). Des images inédites seront exposées afin de revisiter les grands moments des activités de l'ONUCI qui ont contribué à la réussite de cette opération.

Tagline: 
Actualités

Réagissez à cet article