Observer – Discuter – Agir

0

« Pauvre », puis-je être président en Côte d’ivoire ?

30 novembre 2019 - 12:11

La récente sortie du chef de l’Etat dans le Hambol à propos de la caution à payer pour une candidature à la présidentielle en Côte d’Ivoire suscite des interrogations chez notre contributeur.

Par Arséne Konan

Peut-on être président sans le sou en Côte d’Ivoire ? Non, c’est ce que la loi électorale dit en Côte d’Ivoire, puisqu’il faut verser 20 millions de Francs CFA comme caution avant d’espérer briguer la magistrature suprême.

Notre Président, lui pense autrement. C’est pourquoi, en visite d’Etat dans le Hambol, il  a déclaré : «Je pense qu'il faudrait mettre la caution au minimum à 100 millions. Parce que si on veut être président de la République on doit pouvoir sortir 100 millions pour sa campagne. Vous savez, faire une campagne électorale, ce n’est pas moins de 2 à 3 milliards Fcfa qu’on y injecte. Alors, si on veut être sérieux, il faut mettre la caution à un niveau qui correspond aux frais de campagne.».

Le chef de l’Etat ivoirien a peut-être  raison, mais cette affirmation suscite en moi des interrogations.

Cette affirmation ne dirait-elle pas  clairement que, quels que  soient votre popularité, votre projet social, vos bonnes idées pour la société, si vous vous n’avez d’argent, impossible pour vous d’avoir une ambition présidentielle ? 

Être candidat ou candidate à une élection présidentielle en Côte d’Ivoire  devient-il une affaire de  solvabilité ?

Comment respecter la promesse démocratique de faire du citoyen lambda quelqu’un qui peut diriger si les pauvres n’ont aucune chance d’être candidats ?

 Nous avons  suivi les récentes élections,  en Tunisie qui ont abouti à  l’élection de Kais Saied.  Il a fait campagne principalement  en faisant du porte-à-porte et en prônant une démocratie décentralisée et participative. Là-bas, il faut débourser environ 2 Millions (environ 3 163 Euro) pour le cautionnement.

Ce montant a-t-il empêché les tunisiens de connaitre les projets de société de chaque candidat et d’en choisir le meilleur ? Non.

Pour moi, il faut donner la chance à tous  de présenter son projet à ses concitoyens.  Je soutiens donc  l'aîné  Geoffroy-Julien KOUAO, quand il propose dans son essai ‘’2020 et le piège électoral’’ qu’il faut  supprimer le cautionnement à l’élection présidentielle et instaurer le parrainage des candidatures par les élus locaux et les électeurs.

#CitoyenEngagé #FaisonsNotrePart

Observateur Citoyen met en avant des citoyens qui ont envie de s'exprimer sur des sujets particuliers ou qui ont simplement des histoires engageantes à raconter. Leurs opinions ne reflètent évidemment pas celles du site Observateur Citoyen. Vous aussi, vous voulez vous exprimer ? Ecrivez-nous par email (contact@observateurcitoyen.net), sur Facebook ou sur Twitter !

Tagline: 
Opinions

Réagissez à cet article