Observer – Discuter – Agir

0

Fonction publique ivoirienne : Faut-il songer aux licenciements ?

5 septembre 2018 - 14:09

Effectif non maitrisé, les fonctionnaires et agents de l’Etat ivoirien sont considérés comme des personnes sous parapluie, une fois à la fonction publique et ne daignent pas fournir le moindre effort dans les différents services. C’est du moins ce que pense notre contributeur qui propose que des mesures soient prises à l’endroit de ceux qui trainent les pieds dans les services publics.

Par Hardhine Djro

En Côte d’Ivoire, la fonction publique est perçue depuis toujours comme un véritable garage. Etre fonctionnaire dans notre pays, c’est avoir l’assurance de bénéficier quasiment à vie d’un salaire et surtout d’une pression quasi inexistante de son employeur, l’Etat.

Cette situation, il faut le dire tout net, met à mal l’efficacité de nos agents dans les services publics. Bureaux constamment fermés, service effectué au ralenti, fonctionnaires sur le chemin de la maison bien avant l’heure officielle de la fermeture des  bureaux… Les griefs contre les agents de l’Etat sont légions.

La principale raison de ce comportement est certainement l’absence d’une menace de licenciement sur ces travailleurs. Car, dans le secteur privé, difficile de trainer les pieds quand on sait la compétition et les exigences de performance qui nous entourent.

L’agent incompétent dans une entreprise privée est purement et simplement remplacé tandis que dans le public, il ne craint pratiquement rien. Il est donc important pour nos gouvernants de songer à des mesures telles que les mises à pieds, les licenciements. A l’échelle nationale cela parait difficile car, la Côte d’Ivoire connait des milliers de fonctionnaires. Mais, comme solution on pourrait envisager au niveau de chaque département ou direction régionale un chargé des ressources humaines.

Il aura la responsabilité de suivre le travail des agents œuvrant dans sa sphère afin de faire le distinguo entre les travailleurs et ceux qu’on pourrait appeler les « brebis galeuses ». Soyons sûrs que si quelques sanctions tombent, les mentalités vont évoluer. Car, le spectacle qu’offrent certains fonctionnaires ivoiriens n’honore pas un pays qui veut aller au développement. Cela est d’autant plus scandaleux que ce sont nos impôts qui servent à rémunérer ces Ivoiriens.

------------

Observateur Citoyen met en avant des citoyens qui ont envie de s'exprimer sur des sujets particuliers ou qui ont simplement des histoires engageantes à raconter. Leurs opinions ne reflètent évidemment pas celles du site Observateur Citoyen.

Vous aussi, vous voulez vous exprimer ? Ecrivez-nous par email (contact@observateurcitoyen.net), sur Facebook ou sur Twitter !

Tagline: 
Opinions

Réagissez à cet article