Observer – Discuter – Agir

0

Côte d’Ivoire : Le principe de laïcité de l’Etat en danger ?

27 août 2018 - 13:08

De Retour du Hadj 2018 à la Mecque et accueilli en grande pompe à l’aéroport Félix Houphouët Boigny d’Abidjan, le président Alassane Ouattara, à la tête d’une forte délégation composée de membres de son gouvernement, a foulé le sol ivoirien ce Vendredi 24 Août 2018. Vu la communication faite autour et les moyens utilisés lors de ce voyage privé, notre contributeur craint une grave violation du principe de Laïcité de l’Etat de Côte d’Ivoire.

Par Carelle Laetitia

Ce vendredi 24 Août 2018, le Chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara a regagné Abidjan après son pèlerinage effectué en terre d’Arabie Saoudite. Il n’était pas seul. Avec lui l’on pouvait compter quelques membres du gouvernement dont le premier Ministre M. Amadou Gon Coulibay et des membres de sa famille. Ce pèlerinage privé, effectué afin de respecter les rites du 5e pilier de l’Islam, a largement été relayé par les médias d’Etat ivoirien.

La question que nous sommes tentés de nous poser est la suivante : En quelle qualité le premier des ivoiriens a-t-il effectué ce voyage saint ? En tant que chef de l’Etat ivoirien ou en tant que simple individu et croyant ? Car, avec les moyens alloués à ce voyage notamment la mise à disposition de l’avion présidentiel, la retransmission sur les antennes de la télévision nationale, la prise en charge de la forte délégation, nous somme tentés de croire que c’est le Chef de l’Etat et non l’individu qui a effectué un séjour privé dans l’exercice de sa foi.

Cela rentre en réelle contradiction avec les principes fondateurs de la République contenus dans la constitution de novembre 2016, en son article 49 qui stipule que « La République de Côte d'Ivoire est une et indivisible, laïque, démocratique et sociale ».

Qu’impliquerait donc ce principe de laïcité en l’espèce ? Que ce voyage ait été effectué en totale indépendance (financière) d’avec l’Etat ivoirien. Car ne concernant pas la vie de la nation. Que ne soit pas caporalisée encore une fois la télévision nationale, comme c’est le cas dès qu’un haut dignitaire s’absente pour des raisons privées. Que ne soient pas empêchée la circulation des citoyens pour un retour de voyage d’un autre citoyen. Que l’on puisse faire la différence entre les affaires publiques et les affaires privées de nos dirigeants. C’est en effet, le premier pas vers la bonne gouvernance.

En juillet 2018, nous avons eu l’exemple concret de cette séparation pendant la coupe du monde durant laquelle l’on a pu voir au rang des spectateurs, Kolinda Grabar Kitarovic, la présidente croate qui assistait à ses frais aux matches de l’équipe de son pays. Parce qu’y étant en tant que simple amatrice de football et supportrice de son équipe, Kolinda Grabar kitarovic n’a pas jugé nécessaire de déballer l’arsenal étatique avec elle.

Autant l’individu, le croyant a le droit de vivre et de pratiquer les rites de sa foi, autant il ne doit pas imposer cette foi et cette croyance aux autres. Cela doit pouvoir se ressentir dans nos administrations publiques. Là où doit trôner juste le portrait officiel du chef de l’Etat et non des signes ostentatoires d’une appartenance religieuse.

------------

Observateur Citoyen met en avant des citoyens qui ont envie de s'exprimer sur des sujets particuliers ou qui ont simplement des histoires engageantes à raconter. Leurs opinions ne reflètent évidemment pas celles du site Observateur Citoyen.

Vous aussi, vous voulez vous exprimer ? Ecrivez-nous par email (contact@observateurcitoyen.net), sur Facebook ou sur Twitter !

Tagline: 
Opinions

Réagissez à cet article