Observer – Discuter – Agir

0

Adjoumani répond au PDCI-RDA: " Si Bédié avait été désigné candidat Rhdp il n'allait jamais tenir de tels propos"

11 juin 2019 - 21:06

24 heures après la conférence de presse prononcée par Jean-Louis Billon pour le compte du PDCI-RDA, Kobenan Kouassi Adjoumani, porte-parole  du RHDP a réagi aux propos d'Henri Konan Bédié sur l'orpaillage clandestin et la question de la fraude sur la nationalité.

Par Abraham Kouassi

La réponse du Rassemblement des Houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP) ne s'est pas faite attendre. 24 heures après la conférence animée par Jean-Louis Billon, Kobenan Kouassi Adjoumani, porte-parole du RHDP s'est prononcée sur les propos d'Henri Konan Bédié au sujet de l'orpaillage clandestin et de la fraude sur la nationnalité.

A l'occasion d'une conférence de presse organisée le mardi 11 juin 2019 à Cocody, le ministre a chargé l'ancien président ivoirien. " Bédié avait été désigné candidat Rhdp il n'allait jamais tenir de tels propos", a assuré Kobenan Kouassi Adjoumani.

Très critique à l'endroit de l'ancien président du RHDP, le porte-parole du parti au pouvoir à accusé Henri Konan Bédié d'être " l'auteur qui allume le feu au niveau de certaines localités". "La lutte contre l'orpaillage clandestin a toujours été une réalité en Côte d'Ivoire dans la mesure où nous avons même créé une brigade pour ça. (...) Nous sommes surpris que c'est maintenant le président Bédié en parle. A un moment où de plus en plus on assiste à des conflits communautaires", a ajouté le ministre.

Les propos de l'homme qui a dirigé la Côte d'Ivoire entre 1993 et 1999 sont suscpetibles de faire l'objet de poursuites selon M.Adjoumani. "En 1995 le président Bedie dans le souci de protéger son régime avait fait voter une loi. J'étais député j'ai participé activement au vote de cette loi. Aujourd'hui lui-même tombe sous le coup de sa propre loi. Est-ce qu'il va être arrêté ? Je ne suis pas procureur. Je ne fais que rappeler les textes de loi qui font que le président Bédié est passible de poursuites, a-t-il commenté".

Porte-parole adjoint du RHDP, Touré Mamadou, ministre de la Jeunesse a rejeté les accusations de naturalisation à visées electoralistes dont est l'objet le pouvoir d'Abidjan. Pour lui, "le président Ouattara aura été le président qui a le moins naturalisé dans ce pays".

"S' il y avait un enjeu électoraliste derrière, il lui suffisait d'utiliser les prérogatives que lui confèrent la constitution", a-t-il souligné face aux journalistes.
 

Tagline: 
Actualités

Réagissez à cet article